Suivez-nous sur

Anime

INTERVIEW MINUSCULE 2

Publié

le

Pendant deux saisons (2006 et 2012), la série MINUSCULE plongeait le spectateur au cœur de saynètes de cinq minutes, où des insectes modélisés en 3D interagissaient sans dialogue intelligible dans un décor bien réel. Grâce au succès de son passage sur grand écran en 2014, LA VALLÉE DES FOURMIS PERDUES, les réalisateurs Hélène Giraud et Thomas Szabo ont enfin pu accomplir leur rêve : emmener leurs bestioles en Guadeloupe ! À cette occasion, Coyote Mag ne pouvait pas manquer de tailler le bout de gras avec les créateurs de MINUSCULE et en savoir un peu plus sur LES MANDIBULES DU BOUT DU MONDE, actuellement en salles !

Pourquoi la Guadeloupe ? Est-ce parce que ce département est en forme de papillon ?

Nous partons ensemble en vacances en Guadeloupe depuis une quinzaine d’années. On va aux Saintes, un petit archipel. Quand on a fini la saison 1 de MINUSCULE, nous nous étions dit qu’on ferait la saison 2 ici. Mais nous n’avons pas pu pour des raisons financières. Par contre, quand on nous a proposé une suite au long-métrage, nous avons bondi sur l’opportunité !

Sur le premier film, vous aviez le challenge de transposer un format très court (5 mn par épisode) en long-métrage. Quel fut le défi sur ce second opus ?

Proposer quelque chose de nouveau en gardant l’esprit du premier. Ne pas se répéter sans que le spectateur ne perde ce qu’il avait aimé. La Guadeloupe s’inscrivait totalement dans cette démarche.

Il y a énormément de scènes d’actions, dont une qui rappelle la scène de poursuite en « speeder bikes » dans le RETOUR DU JEDI… Comment les avez-vous mises en œuvre ?

Les courses-poursuites faisaient partie de l’ADN de la série, il y en avait fréquemment mais on n’avait pas réussi à en intégrer dans le scénario du premier film. On tenait donc à en faire dans le deuxième. Cette séquence est réalisée en « full CG », y compris les décors. On aurait aimé filmer les décors comme dans LE RETOUR DU JEDI  en utilisant par exemple des « cable cam » (caméra se déplacement très rapidement comme une tyrolienne le long d’un câble tendu – ndr), mais on n’a pas pu… Alors on a tout fait pour obtenir un rendu photo-réaliste, avec même des petits accidents « humains » dans le mouvement, alors que tout a été créé sur ordinateur !

On pense aussi beaucoup à À LA POURSUITE DU DIAMANT VERT, à INDIANA JONES… Vous semblez assumer encore plus vos penchants pour le cinéma d’aventures ?

On voulait obtenir quelque chose de beaucoup plus dynamique, et avec beaucoup plus d’émotions. On tenait également à ce que les personnages aient un arc narratif beaucoup plus abouti. On avait aussi envie d’explorer d’autres atmosphères, plus oniriques, et en effet ce côté film d’aventures, INDIANA JONES, PIRATES DES CARAÏBES, ce côté carte au trésor… Tout cela était présent dès les premières ébauches.

Certains détails dans la création numérique sont absolument bluffants, notamment les élytres (ailes antérieures durcies qui protègent les ailes postérieures chez certains insectes – ndr) des mantes religieuses. Comment les avez-vous développés ?

Nous avions fait des designs assez précis de cette mante, avec de la doc. On a toujours une crainte avec les insectes, c’est d’aller trop loin dans le réalisme. Dès qu’on franchit une certaine limite, un insecte devient assez vite répugnant, ou du moins pas attachant. Avec ce projet, le studio The Yard a voulu aller un peu plus loin. Et avec le même logiciel que pour VAIANA, LA LÉGENDE DU BOUT DU MONDE, ils ont créé des textures subtiles, avec des effets de translucidité, mais le résultat reste beau. Notre équipe a été plus que performante. À chaque fois, y compris pour l’animation, quand on demandait quelque chose, on obtenait bien plus que ce qu’on espérait !

Dans LA VALLÉE DES FOURMIS PERDUES, l’araignée avait un rôle un peu isolé. Pourquoi lui avoir donné plus d’importance dans LES MANDIBULES DU BOUT DU MONDE ?

Nous adorons ce personnage et on s’est aperçu que les spectateurs l’adorent aussi, même si on la voit peu dans le premier film. C’est un personnage assez étrange, pas spécialement sympathique (c’est un ermite) et il a des motivations assez troubles… En préparant le second film, on savait qu’on voulait revoir l’araignée noire, la fourmi et la coccinelle.

Le premier film fonctionnait beaucoup plus sur des dynamiques de groupes. Dans ce film, à l’inverse, il y a beaucoup plus de relations entre les individus : la fourmi et l’araignée, les coccinelles amoureuses… Comment gérer cela sans dialogues ?

Les objectifs des personnages sont assez marqués, et donc ce qu’ils peuvent « dire » a son importance. Sur ce film, nous avons vraiment plus travaillé les « dialogues » avec Côme Jalibert, le sound designer. Nous avons développé le lexique, les intonations, nous y avons passé plus de temps. Et on comprend nettement mieux les intentions des personnages. C’est amusant, parce qu’on a bien fait attention à conserver l’ambiguïté : est-ce le papa ou la maman coccinelle ? Est-ce son fils ou sa fille ? Selon sa culture, chaque spectateur se fera son idée, mais on s’en fiche : ce qui compte, c’est l’intention. C’est une histoire de famille, de parent et d’enfant.

Les bruitages intègrent souvent des « sons mécaniques », notamment dans les courses poursuites. Quels véhicules vous ont inspiré pour la faune guadeloupéenne, à commencer par les mantes religieuses ?

On a toujours aimé ce genre de sons qu’on retrouve dans STAR WARS. C’est Ben Burtt qui a été un pionnier dans le genre : il a mixé un âne avec un lion de mer, il a joué le résultat à l’envers et il a obtenu la voix de Chewbacca. Avec Côme, on a vraiment tourné autour du pot, je voulais quelque chose qui soit crépitant et un peu ridicule… Et on a trouvé au final des dauphins. Beaucoup de dauphins ! Après, c’est travaillé, mixé, monté à l’envers. Pour les articulations, nous avons utilisé des sons de couteaux… Et sinon, il y avait aussi une créature d’ALIEN, avec son chuintement humide.

Comment avez-vous établi le casting guadeloupéen ?

On était très impatients de travailler avec ces espèces exotiques. Les chenilles urticantes, par exemple, ont été présentes dès le début. Nous voulions une rencontre avec une araignée, alors autant en choisir une qui soit bien grosse ! Les moustiques, on souhaitait plus les utiliser mais on ne les voit pas trop au final… Enfin, on est allé vers ce qu’il y avait de plus typique : les colibris, les scolopendres, les phasmes… On en avait même qui nous tombaient dessus pendant les tournages !

Quelles consignes avez-vous donné au compositeur Mathieu Lamboley ? A-t-il travaillé avec les images ?

Nous lui avons montré le film une première fois avec des musiques temporaires. En général, les compositeurs n’aiment pas trop ça. Les musiques temporaires sont souvent un frein à leur créativité. Heureusement, ce n’est pas le cas de Mathieu. Il a réussi à digérer nos propositions et comprendre le ton qu’on voulait. Et il l’a si bien compris qu’il composé une musique très différente qui respecte pourtant toutes nos intentions.

On retrouve dans le film le même type de gag, en plan fixe comme dans la série, notamment avec l’arrivée de la pluie…

C’est en effet le même principe. Et ce plan a servi notre économie de moyen : pour faire comprendre qu’en Guadeloupe, les averses sont subites, il n’y a pas besoin de montrer le ciel. Un plan fixe suffit avec la tombée soudaine de la pluie. Chaque plan raconte quelque chose, donc on prend le temps de tous les soigner. Le public nous a d’ailleurs dit que ça leur fait plaisir qu’au niveau de la mise en scène, on prenne le temps d’expliquer les choses : si un personnage sort du champ par la gauche, il entre dans le plan suivant par la droite… Le cerveau a le temps d’intégrer les informations sans en rajouter trop. On est dans une hystérisation de la mise en scène, surtout dans l’animation mais aussi dans le live, qui peut parfois être fatigante. Et nous, c’est un choix dans MINUSCULE, nous aimons prendre le temps. C’est aussi encore une fois lié à notre culture des années 80. Par exemple, dans les films de John McTiernan (réalisateur de PREDATOR, PIÈGE DE CRISTAL, LAST ACTION HERO – ndr), il y a toujours beaucoup d’action, ça va très vite, mais on sait toujours exactement où se situent les personnages dans l’espace et les décors… C’est con mais c’est une narration visuelle « à l’ancienne », classique, qui nous tenait à cœur.

Vous jouez également beaucoup plus avec les rapports d’échelle dans ce film avec des humains plus présents…

Ce sont deux univers qui n’ont pas les mêmes échelles et la difficulté est de passer de l’une à l’autre. Et c’est constant dans le film, on passe de l’échelle humaine à celle des insectes, tout en essayant de garder un découpage fluide. C’est le cas dans la ruelle, ou avec le cafard de l’aéroport…

La série date de 2006, le premier film de 2014… Envisagez-vous de revenir sur MINUSCULE pour la TV ou le cinéma, ou bien souhaitez-vous développer de nouveaux projets ?

On a des projets, et si on continue, on va plutôt aller vers la prise de vue réelle, mais tout en conservant une interaction avec l’animation… Un peu dans l’esprit de Robert Zemeckis avec QUI VEUT LA PEAU DE ROGER RABBIT ? ou BIENVENUE A MARWEN. Ce qui explique en partie, aussi, pourquoi il y a plus de prises de vue réelles dans MINUSUCLE 2. On adore MINUSCULE, et à chaque fois qu’on a travaillé sur un projet de la saga, on a découvert quelque chose de nouveau, que ce soit en matière de design ou d’univers, c’est super riche. Mais en terme de narration, on atteindra forcément une limite.

Propos recueillis par Matthieu Pinon à Paris, le 20 décembre 2018. Remerciements à Laurence Granec et Vanessa Fröchen.

Notre Avis
7.7 Notre Avis
0 Vos Avis (0 votes)
Originalité8
Scénario6
Animation8
Graphisme8
Musique8.5
Ce qu'en pense les gens... Laissez votre avis
Trier par:

Soyez le premier à laisser une critique.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre avis

0 Vos Avis (0 votes)
Intérêt0
Ce qu'en pense les gens... Laissez votre avis
Trier par:

Soyez le premier à laisser une critique.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre avis

Lire la suite
Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Saisissez votre e-mail pour vous abonner au site et recevoir la newsletter.

Annonce

Facebook

 

Top vues

Copyright © 2019 Studio Venezzia Médias - Coyote Mag