Suivez-nous sur
Advertisement

Interview

Interview de Rann, l’auteure de MEMENTO MORI !

Publié

le

 Les éditeurs ont plusieurs fois tentés le “global manga”, essuyant des échecs à la volée : trop jeune, trop médiocre, trop “français”. Les éditions Tonkam retentent pourtant l’aventure. Attention, MEMENTO MORI n’est pas un manga, mais le nouvel essai d’une audacieuse fusion: BD grand format tout couleur en 48 pages, pourtant avec un trait incontestablement clampesque. Et c’est Rann, déjà célèbre dans le fanzinat français (magazines amateurs) et otaku avertie, qui s’y colle. La demoiselle garde son âme et sert au grand public ce qui l’a toujours définie: une inspiration dark shôjo mêlant fantastique et élégance noire. Entre LA BELLE ET LA BÊTE et GOD CHILD, ce conte de fée en 3 volumes est mené par une narration (trop ?!) dynamique, parfois chaotique et rappelant sans aucun doute le style éclaté “à la japonaise”. Malgré tout, l’ambiance et l’esthétisme poussés révèlent un premier tome intéressant et plein de promesses, parsemé de superbes tableaux. Un crash test réussit qui ne demande qu’ à évoluer et prendre son envol !

 

D’où vient l’idée de MEMENTO MORI ?

L’idée de MEMENTO MORI est venu suite à une demande de mon éditeur, qui a connu mon travail via mon site web et le bouche à oreille. Moi-même je ne savais pas que Tonkam ouvrait une nouvelle collection!  J’avais un projet inspiré d’ALICE AU PAYS DES MERVEILLES, mais c’était en pleine période ALICE de Tim Burton, le marché était donc inondé d’adaptations de cette histoire… Nous sommes donc tout de même resté sur le genre “conte de fée”.

[pullquote_right]J’ai été un peu prise au dépourvue quand on m’a proposé de faire une histoire inspirée de La Belle et La Bête ![/pullquote_right]

Pourquoi ce titre ?

Parce que j’ai toujours apprécié les “memento mori” (ou “vanités humaines”, genre artistique rappelant la mortalité de l’homme)  dans l’art ou la musique. Et puis c’est en relation directe avec le personnage de Fléau !

Est-ce pour cela la présence omniprésentes des crânes, jusque sur la couverture, couvrant la tête de Calliste? (ainsi que les fleurs, le masque, le miroir… etc)

En effet cela joue beaucoup, étant  très sensible au coté esthétique et symbolique de certains éléments. J’aime à rajouter en abondance (trop parfois *rire* !) des éléments graphiques liés au thème.

 Pourquoi t’être inspirée d’un conte comme LA BELLE ET LA BÊTE et comment as-tu travaillé ton histoire ?

J’ai été un peu prise au dépourvue quand on m’a proposé de faire une histoire inspirée de LA BELLE ET LA BÊTE ! Ce n’est pas un conte que j’apprécie à la base énormément, et j’ai eu quelques indications de mon éditeur que je n’aurai sans doute pas utilisées moi-même (les détails du village, inclure les deux sœurs etc). Je serai surement partie sur un huit clos plus sombre pour me concentrer sur le château. Au final, il m’a fallut beaucoup de temps pour m’approprier les personnages. Le tome 1 a eut des changements incessants ! Au final,  il a fallut choisir un parti pour avancer, et pour le moment je m’y tiens !
Etant quelqu’un qui change d’idées très souvent, il m’a donc été très dur de me stabiliser. Le volume 1 finit et les bases posées, il m’a été beaucoup plus facile de travailler sur la suite. En général, je fais un schéma des séquences de l’histoire et j’étoffe au fur et à mesure la structure jusqu’à en être satisfaite. Ensuite j’adapte ces scènes au nombre de pages imposées, et je déjà une estimation du découpage (les cases et le dialogue) qui  se retrouvent quelques peu modifié quand je passe au vrai storyboard (le crayonné préparatoire).

[pullquote_left]Pour ma part, je ne qualifierai pas ma BD de “manga”. [/pullquote_left]

Comment as-tu choisis l’héroïne entre ces sœurs qui luttent pour se retrouver ?

Choisir l’héroïne n’a pas été une mince affaire ! Au début, j’étais très indécise, j’aurai même voulu choisir Sweïn comme héroïne ! L’idée d’avoir une Belle complètement aux antipodes du rôle me plaisait bien, mais le contexte scénaristique et le nombre de pages/tomes rendait impossible l’évolution du personnage de manière crédible. Pareil pour la plus jeune sœur Eïlis… Du coup Calliste s’est imposée d’elle-même :  elle avait les bases pour servir le rôle sans trop d’efforts.

Pour tous tes fidèles lecteurs depuis tes travaux en fanzinat, tu es célèbres pour la beauté de tes personnages. Justement, pourquoi avoir ici fait une “bête” en personnage principal ?

Comme le conte de LA BELLE ET LA BÊTE m’était dans les grandes lignes imposé, il me semblait important de garder ce personnage maudit à l’apparence monstrueuse. C’était aussi une sorte de challenge : ne dessinant  quasiment jamais ce genre de personnage, j’ai voulu tenter le coup ! Trouver son design a été délicat, j’ai longtemps cherché à le démarquer de la Bête de Disney car il m’était impossible de faire mieux… Mais j’ai du me résoudre à adapter un style similaire, car aucun de mes essais précédents n’avait su me satisfaire…

Comment qualifierais-tu ton style ?

Bonne question ! Par les échos que j’ai pu avoir, cela va de D-GRAY MAN à BLACK BUTLER, en passant par Shirow Miwa (DOGS) Clamp (XXX HOLIC) et Kaori Yuki (ANGEL SANCTUARY). Au final, c’est ce coté un peu noir et élégant qui le qualifierait le mieux. 

Quelles sont tes inspirations ?

Bien qu’avec les années, j’ai tendance à revenir vers des auteurs classiques de la peinture comme Gustave Moreau, Mucha et Klimt, les auteurs qui m’inspirent le plus sont Shirow Miwa et Yi Lee. Je lis aussi beaucoup de fantasy: mes auteurs préférés sont Moorcock, GRR Martin, Robin Hobb, Terry Pratchett ou encore Gailman. En auteur plus classique, j’aime énormément Edgar Allan Poe, Jules Verne et  Jane Austen.

Yggdrasill est une nouvelle branche des éditions Tonkam. Quel est le rapport avec le manga ?

Je dirais le découpage plus libre et certains codes plus facilement autorisés que chez un éditeur “classique”. Pour ma part, je ne qualifierai pas ma BD de “manga” au final, car le format est celui d’un franco belge, donc  différent… Mais Tonkam étant un éditeur mangas, les commerciaux l’ont classé ainsi et à priori, ça n’a pas l’air de gêner les lecteurs! Mais personnellement, je pense que c’est une BD avec une réalisation hybride.

As-tu travaillé tes planches d’une façon spéciale pour répondre à cette “inspiration manga” ?

Au début j’avais tendance à m’y perdre, à mettre des cases trop typées franco-belge. Mon éditeur m’a poussé à y aller plus franco dans les cadrages éclatés et non conforme aux BD françaises. J’ai également joué sur les apports graphiques souvent très présents dans les shôjo. Pour le reste,  ayant évolué dans le fanzinat manga, je n’ai pas eut beaucoup d’efforts à faire pour m’adapter !

Tu continues toujours dans le milieu amateur à publier d’autres BDs: où trouves-tu tout ce temps ?!

Le fanzine m’a permis de prendre un rythme assez rapide de travail, et ce fut un bon exercice pour réaliser une BD sous des contraintes professionnelles ! J’essaie dans la mesure du possible de me faire un planning et des horaires : je travaille sur les planches en début et milieu de journée et les projets personnels en fin de journée.

[pullquote_left]Je pense que je ne prendrais aucun plaisir à dessiner une histoire sans le moindre écart fantastique ![/pullquote_left]
La plupart de tes histoires sont du genre fantastiques: pourquoi cette attirance vers le merveilleux ?

Je pense ne pas être faite pour les histoires enfermées dans le carcan de la réalité. J’aime ne pas avoir cette limite de créativité, que ce soit pour l’univers, les habits, les personnages… Je pense que je ne prendrais aucun plaisir à dessiner une histoire sans le moindre écart fantastique !

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Merci d’avoir lu cette interview déjà ! Et merci énormément à toutes ces personnes qui m’ont offerts leur soutient, que ce soit à travers les mots, les fanarts, les cosplays… Une première BD, c’est toujours beaucoup de stress, et nous ne sommes jamais à l’abri des erreurs ! J’espère que la suite saura y pallier et être appréciée ! Merci aussi énormément pour cette interview bien sûr !

0 Vos Avis (0 votes)
Intérêt0
Ce qu'en pense les gens... Laissez votre avis
Trier par:

Soyez le premier à laisser une critique.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre avis

Geekette= 40% Otakette=60% Vie sociale: ERROR SYSTEM

Annonce
1 commentaire

1 commentaire

  1. Caliel

    16 juin 2012 à 22 h 01 min

    Cet article me donne envie de découvrir ! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter

Saisissez votre e-mail pour vous abonner au site et recevoir la newsletter.

Annonce

Facebook

 

Les articles les plus consultés

Copyright © 2019 Studio Venezzia Médias - Coyote Mag