Tu veux (encore) du zombie ? Y’a Resident Evil en manga !

669 0

Un manga adapté de Resident Evil, la mythique franchise débutée en 1996 sur PlayStation débarquera dans nos librairies le 14 juin prochain !

Une sortie française en simultané avec le Japon pour ce thriller dessiné par Naoki Serizawa (SARU LOCK), qui est loin d’être un manchot même si son style s’est jusqu’ici montré bien loin de l’imaginaire cra-cra et gore de RESIDENT EVIL. Reste que ça donne fichtrement envie…

Le pitch publié par l’éditeur français, Kurokawa :

Située non loin de Singapour et réputée pour son enseignement d’excellence, l’école Marhawa accueille sur ses bancs la future élite mondiale triée sur le volet. Mais depuis quelques jours, certains de ces élèves semblent atteints d’une « rage » inexplicable et incontrôlable.Doug Wright, professeur éminent en biotechnologies est appelé en urgence par la mystérieuse direction de l’établissement pour venir enquêter dans le plus grand secret sur ces étranges symptômes. Soupçonnant un danger biologique de grande ampleur, il contacte discrètement Chris Redfield, agent du B.S.A.A. luttant contre le bioterrorisme… Ce qu’ils vont découvrir sur place, bouleversera à jamais le cours de la saga Resident Evil.

 

Source : kuroblog

Critique de Coyote Mag :

C’est une version non-définitive de MARHAWA DESIRE que nous avons lue fin avril : des pages modifiées par l’auteur continuaient d’arriver chez Kurokawa, en vue de former la version finale d’un manga lancé en simultané dans dix pays. Et c’est quoi, ce MARHAWA DESIRE, à part un gros plan marketing ? Pas un thriller anxiogène comme les premiers volets de la franchise RESIDENT EVIL, mais plutôt un récit d’action bien troussé, option oeuvre collective (matez les crédits de fin !) et super-production supervisée par Capcom. On y suit le début d’une infection sur un campus universitaire près de Singapour, où le virus T va transformer une ribambelle de donzelles en gueules putréfiées. Du sang par litres, des tonnes de cellules nécrosées, des exécutions cruelles : le T.1, déjà bien crade, promet rien de moins qu’un défouraillage de ouf-malade pour le second. Tout est en place : le huis-clos à ciel ouvert, les pétasses à croquer, le virus, une nonne armée d’un calibre (tout droit sortie d’un film de Robert Rodriguez), et bien sûr l’escouade de gros bras menée par le rescapé Chris Redfield. Bref : zéro surprise, mais l’exécution et le chara-design de Naoki Serizawa déboîtent ultrachanmax. Too much ? À donf !

Dessin
Scénario
Violence
3.5
Note des lecteurs 0 0 votes

A Propos de l'auteur

Mass appeal madness eats your brain !!

Pas de commentaire activé"Tu veux (encore) du zombie ? Y’a Resident Evil en manga !"

Laisser un commentaire