INTERVIEW RADWIMPS

651 0

Né en 2001 à Yokohama, RADWIMPS est un groupe rock/pop atypique, à la musique à la fois subtile et énergique, et aux textes poétiques. Ce quatuor plein de charme est devenu extrêmement populaire dans son pays d’origine, et s’attaque à l’Europe à travers une tournée qui passera par Paris le 13 octobre (à la Flèche d’Or). Une bonne raison pour mieux faire connaissance avec ces quatre garçons dans le vent…   
Peu après avoir mené cet interview, nous avons appris que le batteur Satoshi Yamaguchi avait dû quitter le groupe pour une durée indéterminée en raison d’une maladie nerveuse chronique dont il souffre depuis 2009 ! Il sera remplacé pour la tournée par un batteur de remplacement afin que RADWIMPS puisse assurer tous les concerts prévus. N’hésitez pas à aller leur témoigner votre soutien !   

Pour la billetterie c’est par ici !

RADWIMPS-a-sha_large1 - copie

Pour commencer, pouvez-vous présenter RADWIMPS à ceux qui ne vous connaissent pas ?
Yojiro Noda (chant, guitare) : C’est un son que l’on peut vraiment qualifier de découverte : un univers totalement indépendant de par ses paroles. Malgré la complexité technique, nous sommes très sobre et nous avons un son bien maîtrisé…

Vous avez commencé la musique lorsque vous étiez très jeunes, dès le lycée… Pensez-vous aujourd’hui que c’était plutôt un avantage ou plutôt un inconvénient ?
Nous n’y voyons pas d’inconvénient particulier : il y a eu au contraire de nombreux avantages !

En 2004, trois des membres originaux du groupe ont choisi de quitter RADWIMPS. Satoshi Yamaguchi et Yusuke Takeda vous ont alors rejoint… Aujourd’hui, que dirais-tu qu’ils ont finalement apporté au groupe ?
Les relations sont bien plus simples. Ils ont tous les deux été dans une école de musique, et l’atmosphère musicale du groupe en a été bien sûr influencée.

Vous fêtez cette année vos 10 ans sur une major company – puisque vous avez signé chez EMI en 2005… Quel bilan tirez-vous de ces dix années ?
Il y a eu tellement de choses. J’ai l’impression que ça fait déjà 20 ans ! Nous sommes en tous cas très heureux d’avoir passé le cap des dix ans.

À cette occasion, vous effectuez une tournée mondiale. Quelles sont vos attentes et vos souhaits concernant cette tournée ?
Il y a bientôt huit ans que nous avons fait ensemble un passage par l’Europe. À Paris, nous avons même eu l’occasion de jouer dans un studio. Voilà que tout cela se concrétise : nous en sommes donc plus que ravis ! Nous sommes très impatients de voir les réactions que vont avoir les fans face à notre son pour la première fois.

Votre septième et dernier album en date, BATSU TO MARU TO TSUMI TO, est sorti en 2013. Avec le recul, comment jugez-vous aujourd’hui ce disque ?
Avec le sixième album, on avait l’impression d’avoir fait le tour. Que ce soit musicalement ou au niveau de la relation entre les membres. La sensation d’être au bout du voyage… Nous avons alors décidé de creuser encore plus pour arriver à un son encore plus libre. Nous pensons que cet album, avec ses musiques et ses paroles, est le plus libre que nous avons fait.

Cet album vient d’ailleurs de connaître une distribution en Europe à l’occasion de vos concerts. Que pouvez-vous nous dire sur cette version européenne de BATSU TO MARU TO TSUMI TO ?
Cette fois, les paroles sont entièrement en japonais. Nous souhaitons qu’avant de lire la traduction de celles-ci, vous vous laissiez emporter par la musique. Il y a une grande variété musicale. Nous vous invitons à écouter chaque chanson dans une ambiance différente, pour ressentir de nouvelles sensations.

Vous sortez en septembre un DVD intitulé AO TO MEMEME : Que pouvez-vous nous dire à son sujet ?
Suite à la catastrophe du 11 mars 2011, nous avons décidé aussi de faire quelque chose. Ce désastre aura énormément secoué la vie de tous les jours et les âmes des Japonais. Par ce concert, nous avons voulu faire un lien entre les personnes qui nous ont quittés, les personnes qui ont perdu des êtres aimés, les personnes qui sont encore blessées et toutes les personnes qui en prennent soin. Nous avons voulu chanter pour eux. Voilà quel était l’esprit de ce concert.

Votre nouveau single, PICNIC, est sorti cette année… Pouvez-vous nous le présenter, au niveau musical et au niveau de ses paroles ?
Cette chanson a été écrite pour le film « Pieta in toilet ». C’est une chanson pour le héros de l’histoire.

Vous n’avez a priori pas sorti d’album depuis 2013… Est-ce que cela signifie que vous allez sortir un huitième album cette année ?
Malheureusement, non. Mais ce qui est certain c’est que nous y travaillons !

En général, comment travaillez-vous pour la composition de vos morceaux ?
Ça dépend vraiment des chansons. Très souvent, nous écrivons les paroles après avoir composé la musique. Depuis peu, nous faisons les deux en même temps. Et il n’est pas rare que nous poussions la composition jusqu’à monter une vraie démo. Il nous arrive aussi de rester tous ensemble très longtemps dans le studio à parler des différents arrangements que nous souhaitons faire.

Quels sont les principaux thèmes abordés dans les paroles de vos chansons ? / Où trouvez-vous l’inspiration pour les écrire ?
J’ai l’impression que nous mettons beaucoup en avant les émotions vives, telles que la joie, la tristesse, la colère, l’euphorie. C’est ce qui nous motive tous les jours. On souhaite vraiment transmettre tout ce que l’on ressent. En général : la vie, la mort, et ce qu’il y a entre.

Quand vous considérez votre évolution musicale, depuis vos débuts en 2003 jusqu’à PICNIC, comment jugez-vous cette évolution ?
Ce groupe s’est formé grâce à l’accumulation de petites tentatives. On ne pouvait pas faire sans cesse les mêmes choses. Nous sommes au début d’un voyage appelé musique, et il serait dommage de ne pas tenter les différentes façons de le faire. Le groupe a commencé à 4, et notre son d’alors était très disparate. Deux d’entre nous avaient une formation jazz, la rythmique et le phrasé étaient donc largement inspirés par ce genre de musique. Mais nous, nous avons fait le choix de la musique pop. On peut maintenant faire de la musique avec un PC, ça nous donne une palette de possibilités bien plus large. Nous laissons toujours une chance à une musique de s’exprimer avec un son différent.

Vous êtes actuellement considéré comme l’un des groupes rock les plus populaires au Japon, surtout auprès du jeune public. Comment expliquez-vous cette popularité ?
Je ne sais pas si nous sommes les plus populaires ou pas. Je pense que les fans nous voient comme un vrai groupe. Je ne sais pas si c’est une raison d’être satisfait, mais c’est un fait.
Face à eux, nous balançons tout ce que nous avons sans trembler ! Voilà pourquoi, selon les albums, certains se retrouvent déçus. D’autres ne vont pas aimer certaines chansons et s’éloigner de nous. Mais avec tout ça, les gens ont fini par nous comprendre. Et puis, se demander ce que l’on va pouvoir préparer pour la prochaine fois est toujours très grisant.

Cet été vous avez joué au Summer Sonic Festival à Tokyo… Quels souvenirs gardez-vous de ce concert ?
Nous avons été très émus, car la dernière fois remontait à 7 ans. Nous ne sommes pas très à l’aise en festival, mais la ferveur était phénoménale. Juste avant et après nous, il y avait en plus Marilyn Manson : il nous a dédicacé une bouteille d’absinthe à son effigie !

Quels sont vos projets musicaux après la tournée mondiale ?
Il y en a plein, mais on ne peut rien dire pour le moment. Vous allez bientôt le savoir.

Plus globalement, quels sont vos espoirs, vos attentes et vos souhaits pour le futur de Radwimps ?
Nous avons commencé il y a de cela dix ans, mais pour nous, c’est comme un nouveau début. Nous sommes plus que ravis du retour des fans et de la fraîcheur que nous arrivons à leur procurer. Nous avons cependant encore plein de choses en tête, et nous allons passer encore à la vitesse supérieure en ce qui concerne la création.

Avez-vous un message pour vos fans français ?
Enchanté. Bonjour. Personnellement, mes parents ont vécu pendant 5 ans en France. J’y suis donc allé m’amuser de nombreuses fois. J’y ai adoré ses gens et ses belles cités. Je ressens donc une joie particulière à pouvoir y faire un concert. Venez nous y rejoindre !

Site officiel du groupe : www.radwimps.jp/

Texte : Christophe Lorentz / Traduction : Emmanuel Bochew. Remerciements à Charlotte Naudin

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Au sujet de l'auteur

Kamen Writer !!!

Pas de commentaire sur"INTERVIEW RADWIMPS"

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.