FULLMETAL ALCHEMIST LE FILM

2491 0

Présentées en exclusivité européenne à Japan Expo, les premières images du film en prises de vue réelle adapté de FULLMETAL ALCHEMIST démontre une tendance « manga dépendante » du cinéma nippon.

http://hagarenmovie.jp

En présence du réalisateur Fumihiko Sori (réputé d’abord pour ses longs-métrages d’animation VEXILLE ou TO mais également pour le films adapté de PING PONG de Taiyo Matsumoto), de se vedette incarnant Edward Elric, Ryosuke Yamada (vu récemment dans la version cinéma d’ASSASSINATION CLASSROOM), et de l’actrice Tsubasa Honda (Winry dans le film), la rencontre avec le public de Japan Expo s’est d’abord distinguée par une opération de communication parfaitement verrouillée. Le compte rendu de la présentation qui a eu lieu à Los Angeles (que vous pouvez retrouver ici) quelques jours plus tôt souligne d’ailleurs des informations en tout points similaires que celles délivrées à Japan Expo. Passons sur les banalités qui des interventions des deux invités : les aspects agréables d’un tournage en Toscane pour coller aux ambiances européennes et médiévales du manga et préserver l’anonymat relatif des comédiens japonais. Ryosuke Yamada de son côté s’est amusé à vanter sa petite taille cohérente avec le personnage d’Edward.

Le véritable et seul intérêt de cette rencontre fut bien les images présentées. Prévu pour une sortie au Japon le 1er décembre, FULLMETAL ALCHEMIST le film présente de jolies arguments visuelles tant dans la direction artistique que dans des effets spéciaux digitaux qui rendent justice au monde magique créé par Hiromu Arakawa. Mention spéciale pour les pouvoirs d’Edward et la création entièrement virtuelle d’Alphonse, le petit frère d’Elric dont l’âme est prisonnière d’une armure aux accents ultra graphiques. Sur ces différents aspects, les différents extraits sont bluffants mais un autre aspect plombe relativement cette version de chair, de sang et de pixels de FMA. Un peu comme la version cinéma de JOJO’S BIZARRE ADVENTURE réalisé par takashi Miike et dont nous parlons dans le dernier numéro de Coyote Mag, FULLMETAL ALCHEMIST s’obstine à créer des personnages trop « fidèles » à leurs originaux de papier. Costumes, performances et coiffures, transposés dans un monde réel manque sensiblement de réalisme, voire de crédibilité. Il n’est pas question de remettre en cause le choix porté sur des comédiens japonais : le premier et le plus important marché de ce film demeure le Japon et si même les Romains de la version cinéma de THERMAE ROMAE sont incarnés par de Japonais, pourquoi pas ceux de FMA. Le problème est l’obstination des cinéastes à faire coûte que que coûte ressembler des asiatiques à des personnages qui n’en sont absolument pas. Ryosuke Yamada, avec sa coiffure blonde et son costume trop fidèle, frôle le ridicule. Malgré les moyens mis dans un tournage en Europe et des effets spéciaux convaincants, les personnages ont plus l’allure de cosplayers de luxe que de personnages tangibles. L’industrie nippone du cinéma, coincés dans des contraintes budgétaires et de temps semble incapable de réaliser un véritable travail d’adaptation visuel. A ce titre, et à l’image de bien des films récents, FMA semble échouer à comprendre que ce qui fonctionne graphiquement dans le cadre d’une BD ne fonctionne pas nécessairement en prises de vue réelle. En espérant nous tromper sur ces aspects que nous jugeons cruciaux, nous vous laissons patienter en compagnie des trois bandes annonces du film.

TRAILER 1

 

TRAILER 2

 

TRAILER 3

Total 2 Votes
1

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Au sujet de l'auteur

Kamen Writer !!!

Pas de commentaire sur"FULLMETAL ALCHEMIST LE FILM"

Laisser un commentaire