La Chine s’installe au MIFA

433 0

HAPPY POLARIS

À l’occasion du Marché International du Film d’Animation 2016, la région de Pékin, présente pour la première fois, rappelle que l’industrie de l’animation chinoise est, comme pour le cinéma, en train de devenir la première du monde.

Le box-office chinois, nous le savons depuis plusieurs mois, a dépassé en taille celui des Etats-Unis. À l’heure où les majors hollywoodiennes ne peuvent plus produire d’énorme blockbusters sans penser irrémédiablement à les formater pour plaire également au spectateurs de l’Empire du milieu (récemment TRANSFORMERS : L’ÂGE DE L’EXTINCTION, IRON MAN 3 ou la trilogie KUNG-FU PANDA), l’animation chinoise accuse un déficit de visibilité à l’international très étonnant quand on mesure son marché et sa production dans ce domaine.

En s’installant cette année au MIFA, la région de Pékin, via le Bureau Municipal de la Presse, de l’Edition, de la Radio, du Film et de la Télévision et son représentant M. Zhang Bin, entend développer les liens avec l’étranger d’une industrie déjà florissante sur le marché intérieur. Il faut imaginer qu’en Chine, il existe plus 30 chaînes dédiées à la jeunesse à l’échelle nationale. La demande est telle que uniquement dans la région de Pékin, une centaine de sociétés produisent près de 330 heures de programmes animés chaque année.

L'équipe de la région de Pékin et leur invités français sur leur stand au MIFA.

L’équipe de la région de Pékin et leur invités français sur leur stand au MIFA.

La Chine, même si elle poursuit ses efforts pour rester un partenaire privilégié des grands studios américains (Disney et Dreamworks en particulier), japonais ou européens, a besoin désormais de faire connaître sa culture via un média qui voyage bien mieux que le cinéma. Cette initiative nous rappelle qu’il n’y a pas si longtemps, les célèbres studios d’animation Shanghai glanaient des prix dans le monde entier avec les longs-métrages de Te Wei (les deux volets du ROIS SINGE) ou de Xu Jingda (LE PRINCE NEZHA TRIOMPHE DU ROI DRAGON). Aujourd’hui, avec son marché intérieur gigantesque et une production qui gagne chaque année en qualité, la Chine espère convaincre de nouveaux partenaires étrangers. Sur le stand de la région de Pékin, plusieurs sociétés ont ainsi exposé leur savoir-faire. À titre d’exemples, si la chaine Kaku s’affirme comme un leader en Chine avec des succès retentissants tels KUNG FOOD (série originale de 312 épisodes) ou les animaux de DEZICO, de nouvelles sociétés démontrent qu’il n’y a pas que le 3D dans la vie. Ang Animation produit en effet avec la chaîne Kaku, une série en stop-motion, HAPPY POLARIS, techniquement remarquable.

Trailer KUNG FOOD :

Exporter la culture chinoise dans un contexte de globalisation devient ainsi le nouveau crédo de l’industrie de l’animation locale. Après le Japon (dont un studio a récemment adapté un web-comic chinois – HITORI NO SHITA), ce n’est qu’une question de temps avant que cette industrie émergeante et pourtant déjà très mâture commence à pénétrer les marchés occidentaux.

Remerciements à Chloé Rui Guo.

 

 

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Au sujet de l'auteur

Kamen Writer !!!

Pas de commentaire sur"La Chine s’installe au MIFA"

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.