Captain Toad : Treasure Tracker. Après la dinde aux marrons, les champignons !

423 0

Le premier jeu marquant de cette nouvelle année 2015 se distingue par son côté kawaii absolument irrésistible. Reste une question, essentielle : aimez-vous les champignons… ?

Captain Toad : Treasure Tracker vous invite, comme son nom l’indique, à incarner un personnage généralement secondaire de l’univers Mario, le rondouillard Toad, qui part ici à la recherche de sa partenaire Toadette, enlevée par un imposant volatile portant le nom de Wingo. Un scénario au ras des pâquerettes mais comme souvent chez Nintendo, l’histoire n’a guère d’importance et s’efface devant le génie d’un gameplay qui, ici encore, démontre toute la maîtrise du géant japonais. Premier constat : Captain Toad est beau, très beau, et flatte la rétine comme jamais. Une indéniable réussite, qui transforme en plaisir sans cesse renouvelé la découverte des plus de 70 tableaux qui émaillent l’aventure.

Le principe, ici, est simple : Toad, alourdi par son sac à dos, est incapable de sauter. Il vous faut ainsi observer au mieux chaque environnement, entre manoir hanté, jardins suspendus, niveaux sous-marins, etc., et décider du meilleur chemin à suivre pour récolter les divers objets et pièces d’or qui s’y trouvent, jusqu’à votre objectif principal : l’étoile de puissance. Chaque niveau pouvant être analysé sous tous les angles (ce sont des espèces de dioramas cubiques, que vous pouvez faire pivoter, sur lesquels vous pouvez zoomer, etc.), votre analyse de l’espace précède vos déplacements afin d’optimiser leur efficacité. C’est simple, c’est limpide… et c’est redoutablement prenant. La progression s’avère juste ce qu’il faut de lente, pour procurer un peu de tension (le jeu tient, dans l’ensemble, de la balade de santé), et vous pourrez déterrer des navets (!) qui vous serviront d’armes contre vos ennemis, ou creuser certaines parties du décor pour découvrir des zones cachées, entre autres. Le genre de titre que certains parents vont acheter pour leur(s) enfant(s) avant, se découvrant une passion soudaine pour la chasse aux trésors, de ne plus lâcher la mablette… et on les comprend !

Soulignons que le site officiel du jeu se révèle particulièrement agréable à parcourir et riche d’informations. N’hésitez donc pas à y jeter un coup d’œil.

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Au sujet de l'auteur

Pas de commentaire sur"Captain Toad : Treasure Tracker. Après la dinde aux marrons, les champignons !"

Laisser un commentaire