Artbook SPICE & WOLF

423 0

Noël en retard chez Coyote Mag : l’artbook de Jyuu Ayakura

artbook_spice

Dernier round de notre sélection post-Noël avec l’artbook SPICE & WOLF ! Il rassemble les travaux de Jyuu Ayakura, illustrateur des romans, à ne pas confondre avec le dessinateur du manga publié en France ! Mise au point + interview bonus.

Ceci n’est pas un porte-manteau

Avant que Keito Koume ne s’empare d’eux en dessinant le manga SPICE & WOLF, le duo Holo / Lawrence est né sous le crayon de Jyuu Ayakura, illustrateur des romans publiés en 2006-2011 au Japon. Pour les 17 tomes, Ayakura a fourni quantité d’illustrations, définissant ainsi le chara-design ainsi que l’ambiance et les sentiments poético-bucoliques suscités par cet univers. Au concept narratif fondé sur les taux de change (SPICE & WOLF, ce sont des aventures commerciales et philosophiques à la base) les créations de Jyuu Ayakura répondaient par une finesse d’exécution et un goût exquis en matière de design et de mise en couleur. Son travail distingue très vite SPICE & WOLF grâce à un traitement réaliste (des morphologies comme des jeux de lumière), limite naturaliste, avec un sens du détail et de l’accessoire qui se fait discret, histoire de ne pas transformer son héroïne en porte-manteau victime des modes.

De quoi donner corps au personnage, épaisseur au contexte médiéval et envie au lecteur du roman ou du manga de se plonger dans cet artbook, yeux dans les yeux avec Holo, qui occupe bien sûr 90% du recueil. Affectée, mélancolique ou mutine, souriante et même pimpante, debout, assise, allongée, à pied ou en roulotte… ces 200 pages sont vraiment à la gloire de la déesse mi-louve, même si elle est régulièrement accompagnée de Lawrence ou de personnages secondaires.

artbook-spice-Correctimp_001_009

Comptabilité

A priori, les zolies zimazes qui parsemaient les romans sont toutes compilées ici. Les fans aux petites manies d’archivistes seront ravis par cette vocation de catalogue. Et puisqu’elles sont présentées dans l’ordre chronologique de parution, elles forment un long résumé elliptique et silencieux des 17 tomes du roman (avec quelques spoilers à s’en crever les yeux – vous êtes prévenu(e)s !). Et ce n’est pas tout. Chez ASCII Media Works (l’éditeur du livre au Japon), le service au fan n’est pas une mince affaire, c’est un cri de guerre, une vocation, une obsession comme le sont les quenelles pour les forcenés de la gastronomie Lyonnaise. Du coup, chez ASCII, on a décidé d’empiler dans cet artbook trois charrettes de bonus : posters commémoratifs, mini-BD annonçant l’adaptation en manga, cartes postales, jaquettes des DVD de l’anime, dessins parus durant la prépublication (au Japon, les light novels débutent eux-aussi dans des magazines de prépu)… Et même deux taies de traversin, conçues pour vous laisser vous endormir dans les bras de Holo – pas la peine d’écarquiller les yeux, ce type de linge de maison propose des modèles bien plus offensants au Japon ! A la fin de ces 200 pages, le dessinateur livre de courts commentaires au sujet d’une cinquantaine d’œuvres. On y apprend, en vrac, que certaines compositions sont nées de ses lubies subitement prises au sérieux par ses éditeurs, que les teintes des couvertures des romans suivent le rythme solaire d’une journée, qu’il trouve la poitrine de son héroïne vraiment pas assez dodue et qu’il ne passe pas une journée, semble t-il, sans ressentir la mélancolie d’avoir rangé ses personnages au rayon « meilleurs souvenirs ».

artbook-spice-Correctimp_001_001

Le gentleman dessinateur

Il faut bien avouer que son attachement pour ses créations rayonne à chaque page. Ses dessins sont infiniment touchants et d’une élégance si naturelle qu’elle semble simplement traduire sa personnalité. Holo, déesse mi-femme mi-louve et 100% moé, donc soumise à tous les fétichismes ?? Pas vraiment, non. On s’en était aperçu dès le premier tome du manga : si Holo est entrée au club restreint des héroïnes non-jetables de la culture otaku, c’est bien parce que ce personnage n’a jamais été réduit à sa sensualité ni jeté en pâture aux fantasmes les plus ordinaires. Ayakura a bien compris que dessiner une jeune femme et une histoire sentimentale est avant tout une affaire de subtilités ; et que le fan-service doit se plier aux besoins de la création au lieu de l’envahir au point d’étouffer toute originalité sous un déluge d’érotisme écervelé. Il y a du fan-service dans SPICE & WOLF. Dans le roman, le manga et les illustrations d’Ayakura. Un érotisme latent, quelques nus, une fascination évidente et constante pour son physique fragile, des regards troublés laissant flotter les non-dits. Tout cela, c’est souvent du fan-service, mais distillé en harmonie avec les bases de la franchise. Le travail d’Ayakura méritait bien un artbook pour ses qualités graphiques mais aussi pour la personnalité qu’il a su y insuffler. Holo n’est pas une héroïne lambda et doit son succès à la véritable exigence dont a fait preuve son créateur pour lui donner forme et âme. L’ombre du manga plane tout du long dans l’esprit du lecteur, qui remarquera au fil des pages les différences entre la Holo qu’il connaît déjà et celle qui évolue sous le crayon d’Ayakura. Une Holo ici au bassin un peu plus large, au visage un rien plus anguleux et à l’allure moins juvénile. Comme le souligne Ayakura, à propos de l’illustration ci-dessous, « on a plus l’impression d’avoir deux sœurs l’une en face de l’autre plutôt qu’une seule et même Holo ! » (à gauche : celle qu’a dessiné Keito Koume). On vous laisse méditer là-dessus avec en bonus un extrait de notre rencontre avec Keito Koume, qui explique les liens entre son travail et celui d’Ayakura.

YUU AYAKURA GASYUU OOKAMI TO KOUSHINRYOU © JYUU AYAKURA © ISUNA HASEKURA

[maxbutton id= »14″]

 

Les-deux-Holo

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Au sujet de l'auteur

Mass appeal madness eats your brain !!

Pas de commentaire sur"Artbook SPICE & WOLF"

Laisser un commentaire