ANGOULÊME – DERNIER JOUR

110 0

Faut-il y voir les effets de la crise ? La fréquentation du festival était en demie-teinte dimanche dernier. Les événements et expositions vedettes ont confirmé leur succès, alors que le public boudait d’autres attractions offertes par un festival foisonnant et varié.

Il faut dire que nous avons été déçus par l’exposition « En chemin elle rencontre » au Palais de Justice, lieu qui nous avait si agréablement surpris lors de la précédente édition. Simple rappel des thèmes majeurs en matière de violences aux femmes (du harcèlement sexuel à l’excision) et d’extraits des trois recueils publiés aux éditions Des ronds dans l’O (dédiés respectivement aux violences, au non-respect des lois et aux inégalités sociales vécues par les femmes), l’exposition n’allait pas vraiment plus loin dans ce thème pourtant d’actualité.

Est-ce nous qui avons perdu notre âme d’enfant ? L’exposition Ernest et Rebecca, malgré son investissement ludico-pédagogique à base d’activités sur le corps humain (thème de la BD) et de making-of, ressemblait hélas à une garderie où seul l’atelier coloriage avait la cote. Il faut dire que le rédacteur en chef fait peur aux petites filles de trois ans avec « sa grosse barbe ».

Côté manga, Atsushi Kaneko avait les honneurs d’une nouvelle rencontre avec le public à l’espace Franquin, cette fois en solo, et Hervé Brient donnait une conférence sur Moto Hagio au Conservatoire. Et ? Et c’est tout, ce dimanche étant à l’image de la 41e édition du FIBD, chiche avec le Japon.

Le public se pressait enfin à l’espace Polar soutenu par la SNCF pour se triturer les méninges sur un « Jeu de l’énigme » bien sombre, en attendant la révélation des lauréats. Un autre casse-tête allait enfin se résoudre et c’est Bill Watterson, l’auteur de CALVIN & HOBBES, qui a été élu par l’ensemble de la profession, un nouveau suffrage qui fait grincer des dents l’Académie des Grands Prix, auparavant seule détentrice du vote. Tant pis pour Otomo, donc, et pour le manga en général puisque, malgré des titres en compétition comme GOGGLES (Tetsuya Toyoda), OPUS (Satoshi Kon) ou SPACE BROTHERS (Chûya Koyama), aucune BD japonaise n’a été primée.

Cette 41e édition d’un festival en pleine métamorphose au niveau organisationnel et financier restera donc dans les mémoires pour ses nombreuses polémiques (nouveau système de vote, Corée VS Japon, on a même eu droit à une manifestation anti-Sodastream, nouveau sponsor !) : de l’or en barre pour le dessinateur satirique Willem qui le présidait.

Matthieu Pinon

 

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?

Au sujet de l'auteur

Kamen Writer !!!

Pas de commentaire sur"ANGOULÊME – DERNIER JOUR"

Laisser un commentaire